Les emballages n'emballent pas vraiment les Français !

Paris, France, 2 novembre 2020

Paris, le 3 novembre 2020 - Etude OpinionWay pour Alkemics "Les Français et la réduction des emballages" - Alkemics, la plateforme de collaboration et de partage de données produits entre marques et distributeurs, et l’institut OpinionWay ont cherché à décrypter le comportement des Français vis-à-vis des emballages. Comment sont-ils perçus ? La crise sanitaire a-t-elle changé leur rôle et les habitudes au quotidien ? Y en a-t-il trop ? Les informations présentes sur les emballages sont-elles bien comprises ? Quels efforts seraient prêts à consentir les consommateurs pour des emballages plus vertueux ? Eléments de réponse dans cette étude.

En raison de la crise sanitaire, la première version de cette étude, qui devait être diffusée en mars 2020, a été retardée. Curieux d’évaluer l’impact de la covid-19 sur les attentes des Français, Alkemics et OpinionWay ont réactualisé l’étude en septembre 2020.

Alors que le mouvement vers une consommation plus responsable paraissait définitivement enclenché en mars, la crise semble avoir fragilisé les intentions vertueuses des consommateurs. Certaines postures, telles que l’utilisation du verre au lieu du plastique ou le fait de privilégier les emballages recyclables, sont clairement moins marquées qu’avant la covid-19.

EN BREF

LES FRANCAIS JUGENT L'EMBALLAGE

  • 77% des Français estiment que l’emballage des produits a une utilité :
    • protéger les produits (30%), les transporter (15%), les conserver (12%)
    • Pour 22%, il sert d’abord à faire du marketing (15%), ou est considéré comme inutile (7%). Cette opinion négative perd 10 points depuis le Covid (22% vs 32%).
    • Après Covid, l’emballage est moins perçu comme un vecteur de marketing (-8) mais plus comme un vecteur de protection et de conservation
  • 68% estiment qu’au moins un type de produits est trop emballé :
    • plats préparés (49%), biscuits, gâteaux et confiseries (44%) et produits d’hygiène et de beauté (43%)

COMMENT LES FRANCAIS ACHETENT ACTUELLEMENT ?

  • Produits déjà emballés en rayon dans un matériau non recyclable : produits ménagers (54%), d’hygiène / beauté (52%) et apéritifs (42%).
  • Produits déjà emballé en rayon dans un matériau totalement recyclable : pâtes et céréales (50%) et biscuits, gâteaux et confiseries (47%).
  • Produits emballés sur place à la demande (en vrac, à la coupe, à la pesée, …) : poisson et crustacés (47%), boulangerie-pâtisserie (44%), viande (42%) et charcuterie (38%)
  • Bouteilles en verre : vin (73%), alcool et spiritueux (72%) et bière (61%)
  • Bouteilles plastique : eau plate (65%), eau gazeuse (57%), soda et jus de fruit
  • Briques en carton : lait (55%)
     

RENONCEMENT A L'ACHAT

  • 83% ont renoncé au moins une fois à l’achat d’un produit en raison de son emballage (dont 77% plusieurs fois)
    • Renoncement car emballage abimé (74%) ou sale (73%)
    • Puis fragile (47%), manque d’infos sur le produit (46%) ou suremballage (41%)
    • Emballage non recyclable (26%) ou non réutilisable (25%).
       

ATTENTES POUR L'AVENIR

  • 37% des Français souhaiteraient acheter à l’avenir des produits non liquides déjà emballés dans un emballage totalement recyclable (vs 42% avant Covid)
  • 9% des Français souhaiteraient acheter à l’avenir des produits non liquides avec un emballage réutilisable (vs 13% avant Covid)
  • 41% des Français réclament à l’avenir plus de contenants en verre pour les produits liquides (vs 49% avant Covid) mais ne sont que 31% à en acheter actuellement
  • Diminution de l'usage du plastique : 21% des Français déclarent souhaiter privilégier à l’avenir les emballages plastiques pour les produits liquides (vs 30% dans leur comportement actuel)
  • Après Covid, la volonté d'acheter des produits déjà emballés en matériaux peu recyclables augmente pour tous les produits, les autres formes baissent toutes
  • Même constat pour les liquides où le verre et le réutilisable baissent au profit du plastique
     

LES CHOIX CORNELIENS

  • 53% sont prêts à payer plus cher pour un emballage recyclable et 49% pour un produit dont l’emballage est réutilisable 
  • 66% privilégient un produit non bio en emballage recyclable vs 22% produit bio en emballage non recyclable
  • 58% choisissent de la charcuterie non bio à la coupe vs 33% bio emballée
  • 75% préfèrent des pâtes en emballage recyclable opaque vs non recyclable transparent
  • En mars, 52% des Français optaient pour des céréales en vrac vs des céréales emballées (38%). Aujourd’hui inversion des tendances : seuls 34% privilégient le vrac (-18 pts) contre 54% pour les céréales emballées bien protégées (+16 pts)
  • 53% préfèrent les gâteaux secs emballés avec une conservation longue vs 39% en vrac avec une durée de conservation de quelques jours
     

L’ensemble des supports de cette étude est disponible en téléchargement libre ci-dessous : 

               
 

Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : « Étude OpinionWay pour Alkemics : Les Français et la réduction des emballages » et aucune reprise de l’enquête ne pourra être dissociée de cet intitulé.


L'EMBALLAGE D'UN PRODUIT,  ÉLÉMENT CLÉ DANS L’ACTE D’ACHAT

77% des Français estiment que l’emballage des produits a une utilité. Il sert notamment à protéger les produits (30%) mais aussi à les transporter (15%) ou les conserver (12%). L’emballage remplit également une fonction d’information sur le produit (12%), et permet d’apporter une sécurité sanitaire supplémentaire (8%). Pour 22% des répondants, il sert d’abord à faire du marketing (15%), et est même parfois considéré comme inutile (7%). Un regard cependant moins sévère qu’avant covid : en février 2020, près d’un tiers des répondants (32%) considérait que l’emballage était un outil marketing (23%) ou inutile (9%). On note en revanche une progression sur les fonctions de protection et de conservation de l'emballage.

L’emballage choisi varie considérablement selon le type de produit acheté. La simplicité est plébiscitée : on achète directement en rayon dans des emballages moins recyclables.

C’est notamment le cas des produits ménagers (54%), des produits d’hygiène ou de beauté (52%) et des produits apéritifs (42%). Exception : les produits frais sont davantage achetés emballés sur place à la demande (47% pour le poisson et les crustacés, 44% pour la boulangerie-pâtisserie, 42% pour la viande et 38% pour la charcuterie).

Seuls deux types de produits sont plus souvent consommés dans un matériau totalement recyclable : les pâtes et céréales (50%) et les biscuits, gâteaux et confiseries (47%).

LES EMBALLAGES CHOISIS POUR LES PRODUITS

SUREMBALLAGE ET EMBALLAGE NON ADAPTÉ : LES FRANÇAIS DISENT STOP

68% des produits jugés suremballés

Si les alcools, le lait, les jus de fruit et les poissons/crustacés consommés à la demande sont ceux le plus souvent considérés comme bien emballés (81% pour le vin, 76% pour les alcools et spiritueux et le lait et 73% pour les fruits de mer et le jus de fruit), 68% des Français estiment qu’au moins un type de produits est trop emballé. C’est particulièrement le cas des plats préparés (49%), mais aussi des biscuits, gâteaux et confiseries (44%) et des produits d’hygiène et de beauté (43%).

41% des Français ont d’ailleurs déjà renoncé à un achat à cause de ce suremballage.

A noter, un jeune âgé de moins de 35 ans sur quatre (25%) considère qu’au moins la moitié des types de produits testés sont suremballés (contre 18% des plus âgés).

LA PERCEPTION DU SUREMBALLAGE DES PRODUITS

…ou mal emballés

A côté de ce suremballage, d’autres critères, souvent liés à l’apparence de l’emballage, peuvent faire renoncer à l’achat. Plus de trois Français sur quatre (77%) ont d’ailleurs déjà renoncé plusieurs fois à l’achat d’un produit à cause de son emballage (83% au moins une fois). Les raisons sont principalement un emballage abimé (74%) ou sale (73%).

A noter, 39% des Français ont déjà renoncé à l’achat d’un produit à cause d’un emballage insuffisant ou d’un manque d’emballage. Près d’un Français sur quatre a déjà renoncé à l’achat d’un produit en raison d’un emballage non recyclable (26%) ou non réutilisable (25%).

LE RENONCEMENT A L’ACHAT À CAUSE DE L’EMBALLAGE

DES FRANÇAIS EN ATTENTE DE CHANGEMENTS, NOTAMMENT UNE RÉDUCTION DRASTIQUE DU PLASTIQUE NON RECYCLABLE

La crise sanitaire réfrène sans conteste les ardeurs des Français. Si, en mars 2020, 42% des Français déclaraient vouloir davantage acheter les produits non liquides en emballages totalement recyclables à l'avenir, il ne sont plus que 37% aujourd'hui.

LA COMPARAISON DES PRÉFÉRENCES D'EMBALLAGE ACTUELLES ET POUR L’AVENIR

A noter, la tendance naissante mais forte en faveur des emballages réutilisables notée en mars 2020 est moins marquante aujourd’hui.

Le souhait encore naissant d’utiliser un emballage réutilisable (le client vient avec son propre contenant) triplait par rapport à l’usage actuel sur la première étude (de 4 à 13%). Cette intention, bien que toujours exprimée, n’est plus que de 9% en novembre 2020. Elle reste principalement marquée pour les pâtes et céréales, les produits ménagers et les produits de boulangerie / pâtisserie.

Sur les boissons, on observe une forte intention de réduction de la consommation de plastique (- 9 points aujourd’hui vs - 11 points en février 2020).

Si les Français réclament à l’avenir plus de contenants en verre, ils ne sont plus que 41% en septembre 2020 vs 49% en mars 2020. Ainsi, 22% souhaiteraient consommer de l’eau plate en bouteille en verre à l’avenir (ils étaient 33% avant covid-19) alors que 65% d’entre eux se servent de bouteilles en plastique actuellement. L’arrêt de l’utilisation des bouteilles en plastique marques également le pas : ils sont aujourd’hui 44% à souhaiter continuer à utiliser des bouteilles en plastique à l’avenir (vs 38% lors de la première étude). La tendance des emballages réutilisables concerne aussi les boissons : de 3% à 6% des Français voudraient utiliser un emballage réutilisable pour chacune des boissons proposées (ils étaient 6 à 9% en mars 2020).

DES FRANÇAIS PRÊTS A PAYER PLUS CHER

L’IMPACT DU PRIX DE L’EMBALLAGE SUR LES COMPORTEMENTS D’ACHAT

53% des Français sont prêts à payer un produit plus cher si son emballage est recyclable (alors que 37% continuent de privilégier les produits bon marché au détriment de l’emballage.)

UN CHOIX CORNELIEN : BIO OU EMBALLAGE RECYCLABLE

Les français privilégient l'emballage recyclable à un produit bio

Autre enseignement, les Français privilégient la recyclabilité de l’emballage à la présence de labels bio. Ainsi, confrontés au choix entre le bio et le recyclable, 3 fois plus de Français privilégient un produit non bio dans un emballage recyclable ou à la coupe à un produit bio dans un emballage non recyclable.

LES FORMATS PRÉFÉRÉS POUR L’ACHAT DE CEREALES

Autre victime de la crise sanitaire : les céréales en vrac. Alors qu’en février 2020, plus de la moitié des Français (52%) optait pour des céréales en vrac vs des céréales en paquet (38%), la tendance s’est complètement inversée. Désormais, seuls 34% optent pour le vrac (-18 points), contre 54% qui préfèrent des céréales emballées bien protégées (+16 points).

Enfin, 75% des Français préfèrent acheter des pâtes dans un emballage recyclable mais opaque plutôt que dans un emballage non recyclable mais transparent.


 

MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE

Etude réalisée, les 17 et 18 décembre 2019, auprès d’un échantillon de 1002 personnes, suivie d'une réactualisation les 2 et 3 septembre 2020, auprès d’un échantillon de 1045 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Cet échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview).

Sujet lié