Alkemics lève 20 millions d'euros

12 octobre 2016

Société a consacré un article sur la deuxième levée de fond d'Alkemics. Aglaë Derouen revient notamment sur les débuts de l'entreprise et sur le succès de la solution proposée. 

Une success story à la française

 

Parmi les nouveaux acteurs de la transformation digitale du secteur de la distribution, la start-up parisienne Alkemics sort du lot en raison du succès qu'a immédiatement remporté sa plate-forme logicielle de mise en relation des fabricants et des distributeurs. Dès son lancement en 2014, elle a en effet connu un succès foudroyant, qui lui permet d'avoir déjà séduit plus de 500 industriels et 2 500 marques, qu'elle met en relation avec de grandes enseignes de la distribution, comme AuchanCasino, et depuis peu le leader mondial du secteur, l'américain Walmart. Alkemics leur permet en effet d'échanger toutes les informations nécessaires à la commercialisation d'un produit, et même d'optimiser cette dernière.

En effet, Alkemics récolte et agrège toutes ces données de façon normalisée, ce qui permet un gain de temps considérable pour la mise en relation des parties prenantes. Le processus de mise en relation, qui nécessitait auparavant de nombreux échanges, notamment téléphoniques, est désormais rendu beaucoup plus simple, fluide, facile et rapide.

 

Se développer à l'étranger

 

L'efficacité et l'utilité de cette application sont si évidentes que les investisseurs voient immédiatement l'intérêt de soutenir ses développements futurs. A son premier tour de table, Alkemics avait rassemblé 5 millions d'euros, une somme plus que confortable pour une première levée de fonds. Ce second tour de table, auprès de Serena Capital et Cathay Capital, est quant à lui quatre fois plus important, puisqu'il a permis de rassembler 20 millions d'euros.

Cette somme va permettre de financer les nouvelles étapes du développement d'Alkemics. Bien entendu, une partie de ces fonds sera consacrée à la R & D et au développement de la plate-forme, qui a vocation à fournir de plus en plus de services à ses clients, fournisseurs et distributeurs. Mais c'est surtout le développement à l'international qui semble la priorité du groupe. L'Europe, et en premier lieu l'Espagne, semble attirer la start-up parisienne. Mais elle vise également l'Amérique du Nord, et le fait que Walmart fasse désormais partie de ses clients n'est pas étranger à cette envie.